Baikal Ice Marathon 2015 is done

Publié le par Rachel

Baikal Ice Marathon 2015 is done
Baikal Ice Marathon 2015 is done
Baikal Ice Marathon 2015 is done
Baikal Ice Marathon 2015 is done

Lundi 2 mars 2015, de retour à Moscou après une aventure incroyable : je suis finisher du Baikal Ice Marathon!!

Comme pour la plupart de mes courses précédentes, je n'aurais jamais imaginé prendre le départ d'une telle épreuve : courir sur un lac gelé pendant 42km en Sibérie n'est pas quelques chose de spontanément naturel. Pourtant, à peine rentrée de La Réunion au mois d'octobre, me voilà inscrite sur cette épreuve atypique, en me disant que tant qu'à vivre en Russie autant en profiter à fond, et que je n'aurai jamais de meilleures conditions d'entrainement pour une telle course qu'en habitant à Moscou en plein hiver.

Nous sommes quatre collègues de Decathlon Russie à prendre le départ : Boris, Sylvain, Espen et moi! Le taux de représentation féminine dans l'équipe est au délà de ce qu'il y aura réellement pendant la course. Je suis fière d'avoir fait parti du Team Quechua Russie pendant ces quelques jours, merci pour la petite veste souvenir! ;)

Boris, Sylvain et moi avions décidé de partir une journée en avance pour profiter de la ville d'Irkoutsk mais surtout pour encaisser le voyage de nuit et le décalage horaire qui est de 5h avec Moscou. C'était une très bonne décision : la ville est superbe et l'hôtel était parfait pour se reposer. Nous avons rejoint l'organisation le samedi matin et avons été pris en charge jusqu'au lundi matin, sans aucun encombre : transferts, hôtels, repas... tout s'est super bien passé, l'organisation est très pro!

Samedi matin, transfert de Irkoutsk à Slioudianka, installation à l'hôtel (chambre sommaire mais individuelle!), petit run de mise en jambe avec Boris sous un grand soleil, photos sur le lac enneigé et bien "vivant", montée au funiculaire pour profiter du panorama, repos, repas, briefing, prépa du sac et de la valise puis dodo!

Dimanche matin c'est le grand jour, la température est moins froide que la veille (-10 degrés à 8h) mais les nuages et la neige ont remplacé le soleil :( Petit déj russe (kacha, cirniki, thé, oeufs, jambon, fromage... autant dire que j'ai fait du tri!!), puis transfert des bagages vers l'hôtel d'arrivée et transfert des coureurs vers la ligne de départ! La neige tombe toujours et le vent se lève : tous les coureurs se posent la question du meilleur équipement et on se dit aussi que la course va être très difficile!! Heureusement nous sommes abrités avant le départ : ravito d'avant course, derniers ajustements matos et on attend les derniers concurrents. Les aéroglisseurs sont en place, la babouchka qui va relever nos numéros de dossard avant le départ aussi, on sort chacun notre tour pour nous rendre sur la ligne!

Tradition d'avant Baikal : un petit verre de lait nous est remis à chacun, on trempe l'annulaire dans le lait pour asperger et porter chance à nos amis, un peu de lait sur le lac et on boit le reste!

Juste le temps d'avoir froid et de prendre quelques photos puis le départ est donné!! Le groupe de 167 coureurs (23 pays représentés) s'élance en suivant les petits fanions orange plantés dans la glace, ça part plutôt tranquillement en raison notamment du vent et de la neige bien présente, environ 20cm de poudreuse bien fraîche au sol. C'est parti pour 42km dans un décor entièrement blanc, sans visibilité et sans relief mis à part les morceaux de glace cassés qui dépassent de la neige. Je prends le rythme qui me mènera au bout mais qui est bien bien en dessous de ce que j'avais imaginé! Petit calcul rapide : j'en ai au moins pour 6h, voir 6h30 ou plus avec les ravitos.

En parlant de ravitos, ils sont bien répartis sur la course : 7km puis tous les 5km exactement, et surtout bien fournis en thé chaud sucré. Pour le reste j'avais prévu mes barres Aminov! Quelle surprise d'ailleurs en prenant ma première barre au 1er ravito : congelée!! Mince.... J'ai du courir toute la course avec ma barre dans la main pour la tenir au chaud et prendre une bouchée de temps en temps! J'ai profité également des ravitos pour remplir mes fioles de thé, avec le froid ça peut servir... sauf quand ça gèle... Je crois que je n'ai jamais autant "mangé" (de barres) que sur cette course, mais il faut dire que le risque d'hypo était élevé avec la température glacée qui pompait énormément d'énergie! Autre petit en-cas, la pastille au citron Isostar qui m'avait été conseillée par Patrice et c'est vrai qu'elle fait du bien de temps en temps!

7km... 12km... 17km... 21km... la neige est toujours là au sol et dans les airs, le froid aussi... J'arrive au 21ème km, mi course, tout va bien d'un point de vue physique... C'est reparti!

La course sera bien différente sur la deuxième partie du parcours : on repart sur un sol moins enneigé, sur la glace, ce qui est tout de même bien plus agréable et facile pour courir! Le soleil va également faire une courte apparition, pourvu que ça dure!!

27ème km... le manteau neigeux s'épaissit à nouveau légèrement et surtout tempête de neige pendant quelques minutes, juste de quoi affoler les motos neige qui vérifient que chaque concurrent va bien et de quoi m'énerver parce que je n'arrive pas à ajuster la capuche de ma veste! J'ai de la neige à l'intérieur des lunettes, je vois plus rien, je prends quelques minutes pour enlever mes gants et me protéger davantage! Finalement cela n'aura pas duré longtemps, heureusement...

32ème km... plus que 10km... je vais tjs bien physiquement... et le vent se lève vraiment! Il nous accompagnera jusqu'à la fin de la course, un vent à décorner des cocus et surtout à faire voler la neige et créer des zones de pure glace bien glissantes. Même le peu de neige qu'il reste au sol n'accroche pas, il faut être prudents et concentrés pour ne pas glisser. C'est le moment où potentiellement je pourrais avoir des hallucinations, mais ce que je vois sur ma gauche ne me semble pas en être une... La concurrente en jaune fluo qui était devant moi au ravito quelques km auparavent est en train de courir vers la gauche, face au vent. J'hésite car je ne sais pas si j'ai les idées claires, je vérifie si je vois tjs bien les fanions devant moi, je me sers de mon sifflet pour essayer de l'avertir mais même après l'avoir dégelé c'est complètement inutile dans un tel espace! Pas d'aéroglisseur à la ronde... Deux concurrents arrivent derrière moi, je leur demande leur avis et la nana me dit que c'est un pêcheur... Mouais, j'y crois moyen... Dès que l'aéroglisseur passe on l'interpelle avec de grands signes et je lui montre la nana toujours visible qui continue de courir, ils l'ont vu... Je préfère qu'ils y aillent pour rien plutôt que de perdre une nana sans balise au milieu d'un lac gelé dans une tempête! Je reprends mon chemin... l'aéroglisseur revient à ma hauteur... et je vois la nana égarée reprendre le bon chemin... ouf!!!

37ème km, j'arrive au ravito et je retrouve miss fluo complètement au bout du roulot mais elle ne lâche rien, moi non plus, c'est dur mais c'est bientôt la fin! Les derniers km avec le vent de face sont éprouvants, le visage est giflé par la neige, mais je sais que je vais toujours plus vite en courant lentement qu'en marchant alors je n'arrête pas. Je rattrape miss fluo et une autre concurrente sur les derniers km, la glace est cassée avec de nombreuses congères à passer, je suis sous anesthésie générale!

Enfin le dernier km mais il faudra attendre les derniers mètres pour voir des organisateurs là dans le froid, souriants et serviables pour nous soutenir jusqu'au bout! Je passe la ligne au bout de 6h46min et je retrouve mes collègues déjà changés ainsi que la famille d'Espen : Fanfan, Océane et Noa qui auront été adorables et aux petits soins à mon arrivée! Merci!!

Séance photos avec l'équipe... Quelle épreuve!!! Je ne réalise pas trop... Courir un marathon sur un lac gelé c'est faisable en étant bien équipé (article à suivre pour détailler cette partie importante!), mais les conditions météos ont rendu la chose très difficile et aussi mémorable!!

Retour à l'hôtel, douche brulante, puis repas et remise des cadeaux aux finishers : super cadeaux et bonne ambiance même si on est tous KO! Rien à redire sur l'organisation, j'ai le sentiment d'en avoir eu pour mon argent avec une organisation très professionnelle et aux petits soins pour les coureurs.

Voilà une épreuve atypique dont je garderai le souvenir à jamais... et si un jour vous avez l'occasion, allez-y! A refaire? pourquoi pas...

Commenter cet article

Thierry DUCROCQ 06/03/2015 11:03

Encore Bravo Rachel... quel belle aventure, et surtout quelle clairvoyance au km32 (pour miss fluo).
La Réunion Baikal c'est quand même le grand écart là ;o) une vraie baroudeuse

Rachel 06/03/2015 11:10

Oui c'est très spécial comme course mais j'ai vraiment aimé le défi et l'ambiance! Pourquoi pas le refaire l'année prochaine, et pourquoi pas avec un petit groupe "from France" ;) bizz

Tatiana Donars 05/03/2015 12:17

Merci pour votre recit qui m'a replongé dans la course. Bravo pour cette aventure hors du commun. Dommage de ne pas avoir eu l'occasion de faire votre connaissance. Je suis originaire d'Irkoutsk et vis en France depuis 18 ans. Autant dire que courir ce marathon était très symbolique et important pour moi.

Rachel 05/03/2015 13:43

Bonjour Tatiana, merci à vous pour votre commentaire et bravo pour votre course! C'était une expérience incroyable et aussi symbolique pour moi de pouvoir y participer. Peut-être aurons-nous l'occasion de nous rencontrer lors d'une course en France? N'hésitez pas à m'écrire, je serai ravie de reparler de cette aventure :) Bonne continuation!!